Ma Route sauvageonne.

Ont visité cette page.

vendredi 20 février 2009

Plan du site

             

.

 

Ma Route ! Sauvageonne ! Tu fais le gros dos
Sautant les coteaux, plongeant aux berges d’Allier
Que tu traverses, bousculant son tablier
Puis tu files par les bois, hameaux et pradeaux

Dis moi, te souviens tu, de nos vertes années
Tu rêvais de grandir, la mine benoîte
Tu te faisais belle, quand la pluie miroite
Hélas, tu restais sourde, à mes chantonnées

Il te fallait marche souple, hanches étroites
Sur le vieux pont de Dore, aux épaules rouillées
Dont tu n’as gardé, guère que les blancs piliers
Dents de lait qu’on place, au creux d’une boite

Voila bientôt trente ans, que je te fréquente,
T’avais manteau de sable, course cahotante
Tu t’es épanouie, comme femme allaitante
Tu es moins insolente, plus indolente

Beauté indifférente, ondoyée de sel
Tu passes sans voir, les puissants chevaux givrés
Sortant de la nuit étoilée, sous cette livrée
Immobiles et blancs tels que mortes chandelles

Dis le connais-tu, ce brave marcheur des brumes,
Fidèle, chaque matin, croisant mon chemin
Il me sourit, me salue, en levant la main
Cet ami inconnu dont je m’accoutume ?

Et celui qui, derrière le clocher de Crevant
Maquille de rouge, un paysage céruse
Réchauffe les guérets qui doucement infusent
Le connais-tu, ma Route, ce gai ci-devant ?

Le reconnaîs-tu, ma Route, quand vient le soir
Au ciel déferlant, bleu, mauve, flamboyant
S’échouant aux crêtes violettes des volcans
Griffé par les ramures nues, des arbres noirs ?


Joël LEPLAT (tous droits réservés)

La dernière mise à jour de ce site date du 20-02-09