Les poilus de bronze aux monuments aux morts.

Ont visité cette page.

vendredi 20 février 2009

Plan du site                            

.

 

Les poilus de bronze tremblent
Ils sentent monter la haine
Quant hoquetant vos mots troubles
Vous agitez vos bedaines
Ils appellent l’ange noir
Qui vous fermera la gueule
Vous chargera la mémoire
Comme langue puant en gueule

Comment croire, comment croire
Qu’il faut quitter le chemin
De violettes et de jasmin
Les amis, l’amour, l’espoir
Pour vos sentiers de gloire
Jonchés de corps boursouflés
Étripés, brisés, brûlés
Aux boues battues de sang noir

Ils disent à ceux qui les arment
Les poussant devant eux
Leur faisant devoir de larmes
De tuer et crever pour eux :
Nous ne voulons que faucilles
Et blés d’or dans nos mains
Pour ensoleiller nos familles
Prévenants du lendemain.

Comment croire, comment croire
Qu’il faut quitter le chemin
De violettes et de jasmin
Les amis, l’amour, l’espoir
Pour vos sentiers de gloire
Jonchés de corps boursouflés
Étripés, brisés, brûlés
Aux boues battues de sang noir

Vous avez gagné des guerres
Vous avez gagné du fric
Nos corps pourrissent sous terre
Que traversent les lombrics
Vous arborez des médailles
On a connu la torture
Les mains tenant les entrailles
Et la mort sans sépulture

Comment croire, comment croire
Qu’il faut quitter le chemin
De violettes et de jasmin
Les amis, l’amour, l’espoir
Pour vos sentiers de gloire
Jonchés de corps boursouflés
Étripés, brisés, brûlés
Aux boues battues de sang noir

Vous avancez camouflés
Sacrifice et Liberté
Larme à l’œil, vous reniflez
Hypocrisie, cupidité
Il viendra le jour de gloire
Où les petits pas grand-chose
Vous arracheront l’ostensoir
Et vous l’planteront dans le chose !

Comment croire, comment croire
Qu’il faut quitter le chemin
De violettes et de jasmin
Les amis, l’amour, l’espoir
Pour vos sentiers de gloire
Jonchés de corps boursouflés
Étripés, brisés, brûlés
Aux boues battues de sang noir.

Joël LEPLAT (tous droits réservés)

La dernière mise à jour de ce site date du 20-02-09