Indiens HUROS.  

Ont visité cette page.

vendredi 20 février 2009

Plan du site

             

.

 

Les cormorans criaient raca
Un chenal entre les roseaux
Sur les eaux de Titicaca
S’ouvrait à l’avant du radeau
Berceau du premier Inca !
Mais nul ne fit plus jamais cas
Des îles flottant sur l’eau
Où pourrirait l’Indien Huro...

Mon pauvre Huro, n’est pas dans l’Histoire
Il n’as pas de sol, meurt sans émouvoir.

Dans l’air andin qui pique aux joues
Soudain parut une agora
Flots libres jetant aux remous
La turquoise, l’éclat des bijoux
Et la vanité des carats.
Vois ces plages sans cailloux
Ces roseaux jetés à pleins bras
Jaunes d’or, pour unique aura !

Mon pauvre Huro, n’est pas dans l’Histoire
Il n’as pas de sol, meurt sans émouvoir.

Ivre, comme au sortir d’un bouge
Sur un rafiot qui se déhanche
Je touchais la rive où tout bouge
Tu me tendis ta paume rouge
Grande offerte à la mienne blanche
J’avais la grâce d’une courge
Avançant d’un pas qui flanche
Mais joyeux comme les dimanches

Mon pauvre Huro, n’est pas dans l’Histoire
Il n’as pas de sol, meurt sans émouvoir.

Quoi, se peut-il que ta flottille
En roseaux ; ait cette élégance
Du cygne ; dès lors que tes filles
Bouclent des huit à la godille
Ne dirait-on pas qu’elles dansent ;
Quand tu lances tes filets de résille ;
Pour que les poissons s’y avancent
Et que vienne au jour l’abondance !

Mon pauvre Huro, n’est pas dans l’Histoire
Il n’as pas de sol, meurt sans émouvoir.

Toi qui passes comme cormoran
A tout hasard lâchant ta fiente
Pris d’un appétit dévorant
Plonge dans le bleu décrottant
Oublie les grands airs, la tourmente
Émerge au pays mécréant
Des artisans que je vante
Sans armes, drapeaux, ni patentes !

Mon pauvre Huro, n’est pas dans l’Histoire
Il n’as pas de sol, meurt sans émouvoir.

05/09/07

Joël LEPLAT (tous droits réservés)

La dernière mise à jour de ce site date du 20-02-09