Pérou 2007.
Cuzco. La vallée sacrée. L'altiplano. 

Ont visité cette page.

mercredi 18 mars 2015

Plan du site

             

.

Commentaires.

CUZCO, 3500m. Autour de la PLAZA de ARMAS.
Les maisons présentent des balcons de bois de style mauresque sur les côtés S-O et N-O, des autres côtés, ce sont les bâtiments religieux : cathédrale flanquée des IGLESIAS JESUS Maria et EL TRIUNFO au N_E, ainsi que l' IGLESIAS LA CONPANIA au S_E.
Ensuite, déambulation à travers les ruelles, visite du marché local.

La mythologie INCA : pour comprendre le plan du CUZCO Inca.
PACHA KAMAK (créateur de l'Univers) a d'abord formé l'œuf cosmique (TEQSE MUYUQ) contenant une trinité divine et magique :
1. PACHA YACHACHEK : l'intelligence de l'Univers.
2. ILLA TEQSE : la lumière cosmique.
3. WIRA COCHA : l'écume de l'océan. Divinité magique, portant barbe et chevelure blonde, dont le retour par la voie de l'océan était annoncée, attendue, car elle devait apporter le renouveau, la richesse.
Le royaume des 4 directions (TAWANTIN SUYO) est issu de cette trilogie. Voir le croquis : L'espace symbolique est divisé en 4 quartiers : N & E forment le monde aérien ou monde du Condor (HAMNAQ PACHA), S & O forment le monde souterrain (UKHU PACHA) ou monde du Serpent. La surface de la terre correspond donc à la direction N-O, S-E (limite du monde aérien et du monde souterrain), c'est le monde du Puma.

1. CHINCHAY SUYO (Nord) : Terre, Lune (QUILLA)
2. ANTI SUYO (Est) : Feu, Soleil (INTI),
3. KONTI SUYO (Ouest) : Air,
4. COLLA SUYO (Sud) : Eau.

QOSCO (pour CUZCO) est le centre de cette croix symbolique (nombril du monde). La ville est dessinée selon la forme d'un puma

A l'arrivée des espagnols, l'empire INCA s'étendait sur 5000 km de QUITO (Équateur) à SANTIAGO (Argentine) et sur 665 km de large en moyenne. Il comptait 16 millions d'habitants. Aujourd'hui, il en a 24, dont 8 à LIMA.

SAQSAY HUAMAN :
Par des escaliers et un chemin pentu, à travers les maisons hautes perchées, les eucalyptus, on atteint le plateau et le site de SAQSAY HUAMAN (faucon satisfait). Il correspond à la tête du puma.
Des lamas paissent sur le plateau, gardés par une femme en costume traditionnel.
Il ne reste que 20% des murs, le reste a été pillé par les espagnols pour construire leurs maisons. Ils n'ont laissé que les blocs de base, les plus lourds (jusqu'à 300 tonnes).
Il s'agit d'une forteresse dont le mur extérieur comporte 22 Zigzags (correspondant aux dents du puma). Autrefois 3 tours surmontaient ce rempart, il reste les fondations de la plus vaste (22 m de diamètre), elle constituait aussi une sorte de château d'eau pour la garnison (5000 soldats).
Cette forteresse fut reprise par MANCO INCA et de là, il assiégea les Espagnols retranchés dans la ville basse. Après son échec et le massacre de ses troupes il trouva refuge à OLLANTAYTAMBO.

En face se dresse la colline de RODADERO. Au sommet se tenait l'INCA et autour en gradins sa noblesse lors des manœuvres ou cérémonies religieuses ou militaires. 7 momies ont été découvertes derrière cette colline.

La vallée sacrée de l’URUBAMBA.
Visite du conservatoire des arts et traditions préhispaniques, autour de la laine et des lamas, guanacos, vigognes, alpagas...
On traverse le PISAC colonial pour grimper aux ruines du PISAC INCA en longeant le CHONGO, sur 10 km. Depuis le parking, on grimpe par le chemin Inca; on franchit la porte trapézoïdale qui donne accès d'une part aux terrasses et aux ruines du village, d'autre part sur le sommet de la colline aux ruines de la forteresse et des temples.
Sur la gauche, en montant, on aperçoit au-delà des gorges du RIO KITAMAYO, les cultures en terrasses qui gagnent presque le sommet de la montagne sur un versant sud. Il n'y a pas de chemin, on passe d'une terrasse à l'autre par un escalier le long du mur de soutien. De nombreux trous sont percés dans la falaise qui abritaient des sépultures Incas.
Le plan de PISAC correspond à la perdrix. Fatima nous montre le temple du soleil (tour ronde) et le temple de l'arc-en-ciel ou KUYCHI (deux portes trapézoïdales). Une source est canalisée.

En route pour OLLANTAYTAMBO.
Nous traversons des villages, QOYA, LAMAY, YUCAY en suivant le RIO WILCAMAYU (ou URUBAMBA). Le chauffeur ne freine jamais, il double. Certaines maisons arborent des pavillons de couleur très sommaires (pique surmontée d'un papier ou chiffon) :
- Rouge : on vend de la CHICHA fraise,
- Jaune : on vend de la CHICHA sacrée (pure),
- Bleu : on vend du pain.
Dans les champs, on aperçoit de petits tas qui fument. Les paysans réalisent des fours rudimentaires pour cuire les patates du repas. Ils brûlent par exemple des restes de plants de maïs desséchés.

OLLANTAYTAMBO.
Le village, construit sur les soubassements traditionnels Incas, offre un des meilleurs exemples de l'urbanisme Inca.
Il est divisé en CANCHAS, des pâtés de maisons dotés chacun d'une cour par laquelle on accédait aux maisons.
A l'ouest, les immenses terrasses surmontées d'un temple dessinent la silhouette d'un lama, le temple étant la tête.
Les travaux de construction, en cours à l'arrivée des espagnols ne furent pas achevés. Les blocs de roche viennent d'une carrière située à 6 km sur l'autre rive de l'URUBAMBA. L'ouvrage nécessita le travail de milliers d'ouvriers indiens (MITAS). La traversée du torrent fut réalisée en déposant les blocs sur une rive puis en détournant le RIO de l'autre côté des blocs.

MANCO INCA fut assiégé à OLLANTAYTAMBO par Hernando PIZARO en 1536 avec 70 cavaliers et de nombreux fantassins espagnols et indiens. Son attaque faillit tourner au désastre. Depuis le haut des terrasses MANCO et ses fidèles déversèrent flèches et pierres, puis déclenchèrent l'inondation de la vallée grâce au système d'irrigation. PIZARO du s'enfuir et poursuivi échappa de peu à l'écrasement. Hélas, il revint bientôt avec des renforts et MANCO dut se réfugier à VILCANAMBA.

Du haut des terrasses en se retournant, on distingue sur la montagne opposée, des rochers qui dessinent un visage. Les prêtres Incas décrétèrent qu'il s'agissait d'une manifestation cosmique de WIRACOCHA. On aperçoit aussi des bâtiments accrochés à la paroi presque verticale et qui sont des granges Incas.

Retour vers CUZCO. On passe par les plateaux (ANTA je crois). La route est splendide.

La vidéo se termine sur la traversée de l'altiplano entre CUZCO et PUNO, au bord du lac TITICACA (Voir vidéo suivante, en construction)

Joël LEPLAT (tous droits réservés)

La dernière mise à jour de ce site date du 18-03-15